Non classé

CESSoC | Inondations : quelles options prévues par la loi ?

CESSoC | Inondations : quelles options prévues par la loi ? 2159 1500 Isabelle Gillard

Les intempéries de ces derniers jours ont causés de gros dégats en Belgique et ont donné lieu à des situations très problématiques pour les travailleurs et les employeurs. Il est possible que les travailleurs soient dans l’impossibilité de travailler et que le contrat de travail doive être suspendu. Nous allons examiner les différentes solutions possibles dans une telle situation.

Le principe est qu’en cas de force majeure – c’est-à-dire un événement imprévisible et indépendant tant de la volonté de l’employeur que du travailleur rendant impossible, temporairement ou définitivement, en partie ou totalement, l’exécution du contrat -, les obligations de chacun sont suspendues. Ainsi, le travailleur n’a-t-il plus l’obligation de travailler et l’employeur n’a-t-il plus l’obligation de payer son salaire.

Nous allons examiner les différents solutions possibles dans une telle situation.

Première hypothèse: le travailleur s’est mis en route mais a été bloqué par les intempéries et n’a pas pu atteindre le lieu de travail pour cause de trafic ferroviaire/tram/bus interrompu, rues inondées, etc.

Par exception au principe mentionné ci-dessus, l’article 27 de la loi du 3 juillet 1978 sur le contrat de travail prévoit qu’en cas de force majeure, l’employé conservera son droit au salaire lorsque (i) il se rendait normalement au travail (temps, lieu), (ii) était apte au travail et (iii) est arrivé en retard ou n’a pas pu se rendre au travail pour une raison qui est survenue sur le trajet vers son lieu de travail et qui est indépendante de sa volonté.

Si ces conditions sont remplies, il bénéficiera de son salaire pour le temps perdu.

Deuxième hypothèse: le travailleur n’a pas tenté de prendre la route car il est bloqué chez lui

Il se peut que la raison de l’absence préexistait avant l’heure de quitter son domicile (comme en cas d’inondation la veille au soir) et que le travailleur n’a pas pris le chemin du travail, dans ce cas, son salaire journalier garanti ne lui est en principe pas dû.

Option 1: L’exécution du travail est totalement impossible.
Si le télétravail n’est pas possible (par exemple, en raison de panne d’électricité, parce que l’ordinateur est endommagé ou parce que sa fonction ne s’y prête pas), le travailleur (ouvrier ou employé) peut soit:

  • être mis au chômage temporaire pour force majeure si les conditions suivantes sont réunies :
    • L’exécution du travail est totalement impossible.  Cette condition n’est pas remplie, p. ex. si le travailleur peut télétravailler.
    • Le travailleur n’a pas encore pris du congé ou de la récupération pour ce(s) jour(s);
    • Le travailleur n’a pas droit au salaire journalier garanti sur la base de l’article 27 de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail (il ne peut donc pas déjà s’être mis en chemin pour rejoindre son lieu de travail).
    • Le travailleur ne peut rejoindre son lieu de travail d’aucune autre manière (p.ex. moyen de transport propre, moyens de transports alternatifs…)
  • prendre des jours de congé payés
  • demander des jours de congé pour raison impérieuse non rémunérés pour une durée de maximum 10 jours. L’association peut offrir plus de jours de congé pour raison impérieuse que les 10 jours prévus par la loi.

Le télétravail est possible: dans ce cas le travailleur peut effectuer son travail et a droit à son salaire habituel.

Troisième hypothèse: le travailleur touché par les intempéries ne peut travailler car il doit s’occuper des dommages matériels survenus à ses biens en raison des inondations

Dans un tel cas, le travailleur peut prendre des congés payés ou demander des jours de congé pour raison impérieuse pour une durée de maximum 10 jours non rémunérés. Ces jours lui permettront de s’occuper des dommages matériels survenus à ses biens en raison des inondations. L’association peut offrir plus de jours de congé pour raison impérieuse que les 10 jours prévus par la loi.

Quatrième hypothèse: l’employeur est dans l’impossibilité de faire travailler ses travailleurs parce que le lieu de travail est inondé ou endommagé

L’employeur pourra recourir à l’une ou l’autre catégorie de ce chômage temporaire.

Le travailleur qui ne peut exécuter son travail en raison des intempéries peut uniquement être mis en chômage temporaire si les conditions suivantes sont réunies :

  • L’exécution du travail est totalement impossible.  Cette condition n’est pas remplie, p. ex. si le travailleur peut télétravailler.
  • Aucun travail de remplacement n’est envisageable (p. ex. des travaux de rangement) ;
  • Le travailleur n’a pas encore pris du congé ou de la récupération pour ce(s) jour(s);
  • Le travailleur n’a pas droit au salaire journalier garanti sur la base de l’article 27 de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail (il ne peut donc, p. ex., pas déjà avoir entamé ses tâches journalières ni être déjà arrivé au travail).

Communication du chômage temporaire

En cas de chômage temporaire pour force majeure ou intempéries la procédure classique doit, en principe, être suivie. Ceci signifie que l’employeur doit envoyer à l’ONEM une communication de chômage temporaire pour force majeure ou intempéries.

Cependant, pour les jours de chômage temporaire situés dans la période du 14 juillet au 20 juillet 2021 inclus, le chômage temporaire sera également accepté sans communication. Dans ce cas, pour la période de chômage temporaire (DRS WECH 5), l’employeur doit, dans la déclaration de risque social, pour les jours de chômage temporaire, uniquement mentionner « force majeure » (avec code nature du jour 5.4) ou « intempéries » (avec code nature du jour 5.2) et indiquer « circonstances météorologiques exceptionnelles » comme raison pour la force majeure ou les intempéries.

Montants des allocations de chômage temporaire

En cas de chômage temporaire pour intempéries, les ouvriers perçoivent un montant égal à 65% de leur rémunération moyenne (plafonnée à 2.754,76 euros brut par mois). Les ouvriers ont en outre droit à un supplément en plus de leur allocation de chômage pour chaque jour durant lequel ils sont mis en chômage temporaire pour intempéries. Le montant minimum du supplément s’élève à 2 euros par jour. Vous devez payer ce montant sauf s’il est à la charge d’un fonds de sécurité d’existence.

En cas de chômage temporaire pour force majeure, les travailleurs perçoivent un montant égal à 65% de leur rémunération moyenne plafonnée (plafonnée à 2.785,07 euro par mois).

Source : site internet CESSoC.

 

UNISOC | Prolongation chômage économique souple

UNISOC | Prolongation chômage économique souple 2159 1500 Isabelle Gillard

Lorsque la première vague du coronavirus a éclaté, les partenaires sociaux interprofessionnels du CNT ont conclu une CCT n° 147 visant à simplifier la procédure de demande de chômage temporaire pour raisons économiques. Vu la persistance de la crise sanitaire, cette CCT a été prolongée par la CCT n° 148 jusqu’au 31 décembre 2021. Dans le cadre de l’accord social du 25 juin 2021, elle est à présent prolongée jusqu’au 30 juin 2023.

Commençons par rappeler qu’une demande de chômage temporaire pour raisons économiques pour ouvriers est par essence soumise à peu de contraintes administratives. En revanche, pour les employés, le principe est qu’une entreprise qui souhaite faire appel au chômage temporaire pour raisons économiques doit conclure une CCT d’entreprise ou établir un plan d’entreprise qui doit être soumis pour approbation au SPF Emploi. À moins qu’il existe une CCT conclue au niveau du secteur d’activité dont relève l’entreprise. Dans cette hypothèse, il faudrait alors que chaque commission paritaire conclue une CCT sectorielle pour les entreprises qui en relèvent.

En mars 2020, pour simplifier les choses et compte tenu de l’urgence, le CNT a conclu une CCT intersectorielle qui a vocation à s’appliquer directement pour toutes les entreprises qui sont en difficulté et qui souhaitent faire appel au chômage temporaire pour raisons économiques.

Pour rappel, en plus de l’allocation de chômage versée par l’ONEm, l’employé qui est mis en chômage temporaire pour raisons économiques reçoit, à charge de l’employeur, un complément d’un montant de 5 € par jour de chômage. Le montant est supérieur à 5 € dans deux cas :

  • si la commission paritaire pour les ouvriers de la même entreprise prévoit un montant minimum supérieur en cas de chômage temporaire pour raisons économiques ;
  • si l’entreprise elle-même octroie un montant minimum supérieur à ses ouvriers en cas de chômage temporaire pour raisons économiques.

Dans ces deux cas, l’employé reçoit le même montant que l’ouvrier.

Pour plus de détails, nous vous renvoyons à notre actualité de l’époque.

UNIPSO | Conférence : Tout comprendre sur la réforme APE

UNIPSO | Conférence : Tout comprendre sur la réforme APE 2159 1500 Isabelle Gillard

Tout comprendre sur la REFORME APE

Conférence | Mercredi 15/09 | 9h-14h | Delta Namur

Le 1er janvier 2022, l’ensemble des emplois APE va basculer dans un nouveau système de subvention unique. Quelles conséquences pour les nombreux employeurs dont le financement est assuré par l’APE ? Qu’est ce qui va changer pour les milliers de travailleurs APE ? Comment est-ce que les emplois vont être financés dans le futur ?

L’UNIPSO réunit les principaux protagonistes de cette réforme pour faire le point juste avant le basculement dans le nouveau système. La Ministre de l’Emploi, Madame Christie Morreale (sous réserve) sera présente pour expliquer les lignes de force du nouveau dispositif. Des représentants du FOREM vous expliqueront les nouvelles formalités administratives et les démarches à effectuer. Des techniciens du Cabinet Morreale et de l’UNIPSO seront présents pour répondre à vos questions. Ce sera aussi l’occasion de partager et d’échanger dans un cadre convivial autour d’un lunch.

Le nombre de places étant limité, n’hésitez pas à vous inscrire dès à présent.

INFORMATIONS PRATIQUES
Mercredi 15/09, 9h-14h
Delta Namur
Avenue Fernand Golenvaux 18
5000 Namur
25€ pour les fédérations membres de l’UNIPSO ou les ASBL affiliées à l’une de celles-ci / 50€ pour les non-affiliés.

MESURES SANITAIRES
Cet événement se tiendra dans le respect des protocoles sanitaires en vigueur à ce moment. Les informations à ce sujet vous seront communiquées début septembre. En cas d’annulation de l’événement pour des raisons sanitaires, votre participation aux frais vous sera remboursée.

Inscriptions sur le site de l’UNIPSO.

FWB | Soutien aux opérateurs impactés par les inondations

FWB | Soutien aux opérateurs impactés par les inondations 1600 1067 Isabelle Gillard

Mesdames, messieurs,

L’actualité de ces derniers jours nous a toutes et tous fortement ébranlés. Par ce courriel, nous espérons avant toute chose que vous et vos proches allez bien et n’avez pas été trop fortement touchés par ces inondations.

L’heure est aujourd’hui à la solidarité. Je remercie les services de l’administration, les équipes du centres de Naninne, et les opérateurs qui, sur le terrain, viennent en aide aux sinistrés.

​​​​​​​Ensuite, il s’agira d’évaluer les dégâts et de reconstruire pour l’avenir.

Plusieurs initiatives ont été mises en place vis-à-vis de certains secteurs particulièrement touchés.

  • Pour les opérateurs qui relèvent du secteur Patrimoine culturel : la Direction du patrimoine culturel de l’Administration de la Culture, en collaboration avec le Bouclier bleu, l’IRPA, l’AWaP et les fédérations concernées, a mis en place une cellule de crise qui intervient depuis ce vendredi 16 juillet. Les opérateurs culturels patrimoniaux (musées, opérateurs d’appui muséaux, centres d’archives) ayant été impactés par les inondations peuvent prendre contact avec cette cellule via l’adresse : inondationspatrimoineculturel@cfwb.be.​​​​​​​
  • Pour tous les autres opérateurs culturels : il m’importe aujourd’hui d’avoir la vision la plus claire possible des dégâts causés au sein des lieux culturels (bâtiment, équipement, matériel, collections) afin d’évaluer la manière dont le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pourra vous venir en aide.  Dans un premier temps, pourriez-vous revenir vers mes services, via l’adresse du Guichet Culture (culture.info@cfwb.be) en indiquant les lieux qui ont été impactés par les inondations ?

Dans un second temps, et après interventions des assurances, il s’agira, pour l’ensemble de nos secteurs, d’évaluer plus précisément les dégâts.

L’Administration de la Culture, mon cabinet et moi-même restons résolument à vos côtés dans ce nouveau moment difficile.

Très cordialement,

Bénédicte LINARD
Ministre de la culture 

CUBE | Inspiration – Volume et développements

CUBE | Inspiration – Volume et développements 2374 1252 Imène Mecellem

18 |Les Cubemaps d’Anneke Lauwaert 

Le travail d’Anneke se construit autour de l’idée et l’espace, le lieu. Ses thèmes sont à la fois universels et intimes dans un langage visuel qui varie du figuratif à l’abstrait selon l’espace que l’œuvre occupe.  

Passionnée par les matériaux, elle explore leurs possibilités de traduire l’idée en forme et en image. En plus du plâtre, de l’argile, du cimentdu bois, du bronze, … elle utilise des matériaux moins traditionnels : le néoprène, le papier et l’aluminium. La découverte du caoutchouc en 2011 amène un changement profond du langage plastique de l’artiste et influence sa démarche artistique. Ainsi, les chambres à air usagées portent les traces de tous ces chemins parcourus à l’instar du destin de l’Homme. Plier, tisser, lier, crocheter, tresser, coudre, ficeler, nouer, découper sont les gestes posés pour la mise en espace de cette matière souple, le caoutchouc, tout en symbolisant les relations complexes tissées par la filiation. 

Naturellement et régulièrement le cube apparait dans le travail d’Anneke, du volume à son développement : 

« En 2016 suite à l’exposition formes et volumes, un solo à Rivoli, Bruxelles, j’ai développé toute une série de sculptures ou je passais de la 2D  à la 3 d. J’ai exploré le caoutchouc et le Néoprène avec une curiosité estudiantine. J’ai représenté en 2D des dessins textiles à l’aide d’une machine à coudre qui représentent des formes en perspectives. Pour les « cubemaps » j’ai repris les 11 formes du développement des cubes et je les ai volontairement laissé ouverts ». 

Retrouvez son superbe travail et sa biographie sur son site. 

Sources :

Site d’Anneke
http://www.annekelauwaert.work/ 

Metamorphic Study – Anneke Lauwaert (vidéo)
http://www.annekelauwaert.work/etude-metamorphique 

Plateforme d’art contemporain YOC
https://yoc.today/portfolio/annekelauwaert/ 

Quinze au Cube à la Galerie Détour du 02 au 30 décembre 2015 (vidéo) 

« C’est le genre d’expo où chaque pièce vous interroge dans sa singularité. Alignées, prêtes à se soumettre à votre regard, elles attendent malicieuses. Ici, elles dialoguent aussi entre elles, unies par la contrainte que toutes se voient imposer, être une pièce en 3D devant s’inscrire dans un volume de 15X15X15 et d’un poids de 750 grammes maximum ».
https://youtu.be/odogx59Fznk 


Encore un CUBE qui pourrait inspirer les réflexions, les conceptions, les réalisations des participants au projet CUBE.
Le projet CUBE est une initiative de la fédération Incidence pour une visibilité de ce qui se fait dans le secteur de la Créativité et des Arts en amateur en Wallonie-Bruxelles

 

CUBE | Inspiration – MAIL ART

CUBE | Inspiration – MAIL ART 2374 1252 Imène Mecellem

17 | 1…2…3 Dimensionen Mail Art Projekt 

En 1991, avec leur projet « 1…2…3 Dimensionen Mail Art Projekt » Harlekin Art basé à Wiesbaden en Allemagne propose de jouer le jeu du mail art à 199 artistes avec pour consigne le cube.  Voici quelques cubes retrouvés dans la parution du « ART Nürnberg 6 » de juin 1991 (art / fanzine / catalogue) précieusement gardé par @Sylvie-Anne que je remercie ;) (Voir Photo).
Une occasion d’aborder le mail art dans cet album inspiration du projet CUBE 21.
Les expériences artistiques via la poste ne sont pas nouvelles. On les retrouve au début du XXe siècle avec le mouvement Dada, Bauhaus, Futurisme, … De même dans les années 60 des correspondances visuelles entre artistes sont apparues avec Poesia Visiva, FluxusGutai, … Par la suite les supports de communication se développant avec le téléphone, télex, télégraphie, minitel, web, et toujours le système postal, le Mail Art s’ouvre au monde avec l’idée du village planétaire et ainsi l’idée d’un réseautage expansif.
Les éléments envoyés se sont également diversifiés : Détournements d’images, photocopies et photocopies de photocopiesutilisation de tampon en caoutchouc, objets et matériaux divers, …  

Sources : 
HARLEKIN ÄUM Wiesbadencliquez ici
 

Sur le mail art
MAIL ART – Art Postal – Vidéo – cliquez ici
Cycle Merci Facteur au BPS22 à Charleroi : 
Mail Art #1 – Archives Thierry Tilliercliquez ici
Mail Art #2 – Eric Adam & Bernard Boigelotcliquez ici
Mail Art #3 – METALLIC AVAU & BEN TRIPE (L’expo est visible jusqu’au 12 septembre) : cliquez ici

et aussi

Et si le facteur passait chez vous…?! Au Petit Musée du BPS22 (L’expo est visible jusqu’au 12 septembre): 01 | 02 
Dossier de Raymond BALESTRA Conseiller Pédagogique Départemental en Arts Visuels : cliquez ici


Encore un CUBE qui pourrait inspirer les réflexions, les conceptions, les réalisations des participants au projet CUBE.
Le projet CUBE est une initiative de la fédération Incidence pour une visibilité de ce qui se fait dans le secteur de la Créativité et des Arts en amateur en Wallonie-Bruxelles

 

Conseil juridique

Conseil juridique 2000 1254 Elvis

Incidence, la Fédération de la Créativité et des Arts en amateur, recherche un·e juriste pour un remplacement à mi-temps à partir du 1er juillet. 

Fonction : Coordination du Conseil

  • Accompagnement juridique des membres de la Fédération :
    – Répondre aux questions sociales, juridiques et décrétales des membres : mail, téléphone, rendez-vous particuliers.
    – Rédaction d’articles, documents-modèles, documents-explicatifs en lien avec d’autres juristes de notre réseau.
  • Formation des membres aux matières juridiques, sociales et/ou de gestion :
    – concevoir, organiser et donner les formations en lien avec des partenaires extérieurs.

Formations : bachelier ou master en droit du travail, ASBL / RH / Sciences du travail 

Compétences attendues :

  • Individuelles : rigueur et esprit de synthèse, autonomie, sens organisationnel, sens de l’accueil, savoir écouter et avoir une posture de travail orientée solution et service client.
  • Techniques : connaitre les bases juridiques de droit du travail et des ASBL, capacité de traduire des éléments d’ordre théorique en exercices, situations et/ou outils pédagogiques et pragmatiques, savoir faire des recherches dans différentes sources.
  • Equipe : savoir travailler en équipe, savoir projeter son travail et ses tâches dans le temps suivant les contraintes institutionnelles, organisationnelles…, savoir collaborer et gérer les collaborations, savoir gérer son stress, respecter l’éthique et la déontologie au sein du service.

Procédure de recrutement :

  • Réception des candidatures : CV + lettre de motivation pour le mercredi 16 juin à 12h à l’adresse : incidence.asbl@gmail.com
  • Retour sur votre embauche ou non le jeudi 24 juin au plus tard.

Régime de travail : 1/2 temps

Heures/semaines : 19h00

Horaire habituel temps plein : arrivée entre 8h30-9h00 à départ entre 16h36-17h06 ; modalités à convenir

Type : remplacement – date d’entrée en fonction le 01 juillet 2021 jusqu’au 27 août minimum.

Salaire : Echelle barémique 4.1 ou 4.2 à 100% de la commission paritaire 329.02

Lieu : Télétravail (mesures sanitaires Covid) et au siège de l’association, rue Nanon 98 à 5000 Namur.

Commentaire : Nous privilégions les transports en commun et notre bureau se situe derrière la gare de Namur à 7 minutes à pied.

 

CUBE | Inspiration – Installation

CUBE | Inspiration – Installation 2374 1252 Imène Mecellem

16 | La Cabane éclatée aux caissons lumineux colorés de Buren

Au Musée Régional d’Art Contemporain de Sérignan, Daniel Buren présente un dispositif in situ qui entretient un dialogue avec l’architecture des lieux. En effet, il intervient sur la totalité des parois vitrées du musée. L’artiste tire parti de la transparence et propose un jeu de couleurs et de formes, mis en mouvement dans l’espace par la lumière naturelle. A chaque heure du jour, le public découvrira une nouvelle installation. Cette œuvre donne à voir une véritable mise en abyme de l’espace par l’explosion de la couleur. L’impression d’éclatement de l’œuvre, accentuée par les projections sur les murs et le sol, incite le spectateur à un déplacement non plus seulement du regard mais du corps tout entier.
D’autres œuvres de Daniel Buren sont présentes dans les collections du musée de Sérignan dont la Cabane éclatée aux caissons lumineux, pièce majeure de l’artiste ainsi que la série de dessins préparatoires à « Rayonnant », commande publique pour les pourtours de la Cigalière réalisée en collaboration avec l’architecte Nicolas Guillot.

La Cabane éclatée aux caissons lumineux colorés / Daniel Buren
1999-2000 / Techniques mixtes / 303x356x356 cm avant éclatement / MRAC de Sérignan
Photographies : Jean-Paul Planchon © Daniel Buren / ADAGP et Jean-Luc Urbain
Daniel Buren est né en 1938 à Boulogne-Billancourt, France
En 1965, Daniel Buren met au point son « outil visuel » : des bandes verticales alternées blanches et colorées de 8,7 cm de largeur, répétant ses rayures à l’infini et sur tous les supports. Le choix d’un motif fabriqué industriellement répond à son désir d’objectivité. En 1966, Buren s’associe avec les peintres Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni, avec lesquels il organise des manifestations très controversées, créant le groupe BMPT. Ce qui lie « BMPT » est la pratique commune de la répétition systématique d’un même motif, ainsi que la volonté de s’opposer radicalement à la scène artistique parisienne, très académique. Ce travail est l’occasion d’examiner non plus seulement les limites physiques de la peinture, mais également les frontières politiques et sociales du monde de l’art.
Se posant toujours en théoricien de son propre travail, Daniel Buren accompagne toutes ses installations d’un descriptif, de notes explicatives : de l’emploi dans les premières toiles d’un tissu industriel constitué de bandes égales et verticales blanches, à l’utilisation de ce tissu comme lieu de l’inscription de la peinture, à la peinture comme non-lieu. Buren met très vite au point le concept de travail in situ, c’est-à-dire d’une intervention artistique intrinsèquement liée au lieu dans lequel le travail est programmé et réalisé. Buren procède toujours à une analyse du lieu en révélant ces particularités les plus significatives et les moins visibles. Buren parle lui-même « d’instrument pour voir », car paradoxalement, en se limitant à un motif unique, il parvient à un élargissement du champ visuel du spectateur. L’œuvre révèle le lieu et ce lieu même la rend intransportable et donc éphémère.

Sources :
Inauguration du musée de Sérignan : 01 | 02 | 03
Buren : cliquez ici


Encore un CUBE qui pourrait inspirer les réflexions, les conceptions, les réalisations des participants au projet CUBE.
Le projet CUBE est une initiative de la fédération Incidence pour une visibilité de ce qui se fait dans le secteur de la Créativité et des Arts en amateur en Wallonie-Bruxelles

 

CUBE | Inspiration – Arts numériques

CUBE | Inspiration – Arts numériques 2374 1252 Imène Mecellem

15 | Le Cube d’Issy-les-Moulineaux

Une approche particulière pour cette 15ème vignette de l’album « inspiration » du projet CUBE, la découverte d’un lieu dédié aux Arts Numériques à Paris. Un manière de rebondir sur ce lieu homonyme au projet, pour ouvrir la porte aux expériences créatives numériques. Dans les liens ci-dessous, retrouvez ce type de démarches en Wallonie.

Œuvres numériques, art de demain
Immersion, interactivité, réalités virtuelles et augmentées, détournements des réseaux sociaux et des technologies… Les artistes numériques renouvellent les modalités de la création et de l’expérience esthétique.
Ainsi, ils mettent en question notre rapport au monde et en récit les grands enjeux contemporains : urgence écologique, exploitation des données personnelles, réalités mixtes, viralité des réseaux, écriture des utopies de demain, etc.
Les arts numériques sont une source d’éveil, d’inspiration, d’émerveillement et de transformation.

Au cœur des Arts Numériques
Tout commence en 1988, lorsqu’un groupe de pionniers passionnés décide de créer un collectif autour d’une émergence : les arts numériques. ART3000 regroupe alors en quelques années des milliers de créateurs explorateurs de nouveaux imaginaires.
Durant dix ans, ART3000 organise plusieurs centaines d’événements artistiques, et ouvre un lieu de résidence d’artistes soutenu par des industriels du numérique.
La consécration vient en 1998, l’International Symposium on Electronic Arts (ISEA) choisit ART3000 pour organiser ISEA2000 en France, l’un des évènements majeurs des arts numériques avec plus de 30 pays participants.

Le Cube, fabrique d’expériences créatives
En 2001, dans sa volonté de devenir une ville numérique de premier plan Issy-les-Moulineaux propose à ART3000 d’ouvrir un espace entièrement dédié aux arts numériques et à l’intérêt général, Le Cube est né.
En 20 ans, Le Cube développe une action unique autour des pratiques créatives, de la formation, la diffusion, l’innovation et la création. Lieu de croisement interdisciplinaire et de synergies, il accueille grand public et professionnels autour de nombreuses activités. Faire du numérique un levier de créativité, de solidarité et de responsabilité est sa mission première.
Aujourd’hui Le Cube est à nouveau sélectionné pour co-organiser ISEA 2023 avec l’Ensad PSL. ISEA 2023 est l’un des événements majeurs de la scène internationale des arts numériques, avec 58 pays participants. Artistes, chercheurs et experts du monde entier se retrouveront durant une semaine pour dessiner les contours d’un futur meilleur. Plus de 60 lieux culturels partenaires en Ile-de-France proposeront un parcours d’œuvres numériques issues d’une sélection internationale … à suivre donc

Sources :
Le Cube / le site : cliquez ici

Mais aussi …

Le KIKK : cliquez ici
Le TRAKK : cliquez ici
Les Transnumériques : cliquez ici
Les Nouveaux Médias : cliquez ici
Festival Artefact : cliquez ici
Cimatics : cliquez ici


Encore un CUBE qui pourrait inspirer les réflexions, les conceptions, les réalisations des participants au projet CUBE.
Le projet CUBE est une initiative de la fédération Incidence pour une visibilité de ce qui se fait dans le secteur de la Créativité et des Arts en amateur en Wallonie-Bruxelles

 

FWB | Rapport d’activités 2020

FWB | Rapport d’activités 2020 1600 1067 Imène Mecellem

Pour rappel, le rapport d’activités 2020, les comptes 2020 et budget 2021 des CEC et FPAA reconnus sont attendus pour le 31 mai 2021 au plus tard.

CEC reconnus dans le cadre du nouveau décret :
Rapport d’activités 2020 – Téléchargez le formulaire

FPAA reconnues dans le cadre du nouveau décret
Rapport d’activités 2020  – Téléchargez le formulaire